Webblog  Le blog de TME520


RSS    login



L'étrange histoire d'Alain Debois (5)
tme - 2015-08-31


Alain ne peut cacher sa surprise lorsqu'au pied d'un long escalator Avi et lui débouchent sur une station de métro :

_ "J'ignorais qu'il y avait un métro à Jérusalem, je n'en avais jamais entendu parler."

_ "Ce réseau est propre à notre bâtiment, il ne dessert que des stations locales. En fait, il y en a une par branche et une par zone d'activité. Vous verrez tout ça sur votre ordinateur tout-à-l'heure."

_ "Hé bien, vous avez les moyens !"

_ "La mission de notre organisation est très très importante. Vous vous plairez ici, on fait des choses intéressantes, exceptionnelles."

Une rame vide arrive, portant une pancarte "Rame spéciale - 242". Les portes s'ouvrent. Alain jette un coup d'oeil à Avi qui lui fait signe de monter. Les deux hommes sont absolument seuls, aucun chauffeur en vue, personne.

_ "C'est calme", lance Alain.

_ "C'est un service spécial pour vous. On vous amène directement à votre appartement."

_ "Oh, avant que j'oublie : j'ai besoin d'un passeport et de médicaments."

Avi fouille dans la poche intérieure de sa veste, puis sourit :

_ "Tenez, vos papiers."

_ "Passeport JACOB. Qu'est ce que ça veut dire ?"

_ "C'est un passeport spécial qui vous ouvre des droits particuliers. Vous pouvez voyager en totale liberté presque partout dans le monde, sans contrôle, sans avoir à présenter vos bagages. Et vous pouvez vous installer où vous voulez, pour la durée que vous voulez."

_ "Je devrai partir à l'étranger ? Je veux dire, en dehors d'Israël ?"

_ "Pas dans l'immédiat. C'est plus une simple précaution."






Enjoying the Matrix ??? - Issue 1
tme - 2015-07-24


The Matrix : A definition

The Matrix is everywhere. It is all around us. Even now, in this very room. You can see it when you look out your window or when you turn on your television. You can feel it when you go to work... when you go to the supermarket... when you pay your taxes. It is the world that you let the system pull over your eyes to blind you from the truth.

Yes, I like to quote the movie. But you may have noticed a few differences from the original. Why is that ?

First, I replaced the church with the supermarket, because, really, who goes to the church nowadays ? Your 150 years old grandma doesn't count. Then, this sentence :

"It is the world that you let the system pull over your eyes to blind you from the truth."

I swear, this is you and no one else. No one is innocent, nobody blindfolded you, no one forces you to believe in CNN, CBS or FOX.

You want a definition of the matrix ? The matrix is mainstream, mass media, mass market, mass this, mass that, it's "everybody think that...everybody buys this...", it's the herd, the sheep, the mindless crowds pushing against the doors on Black Friday, people doing something because it's in fashion... Do you get the idea ?

The matrix is made of everyone of us every time we play the game by the system's rules.

Why does it exist ?

The matrix exist because of us. It didn't fall from the sky or isn't part of a plan from some evil entity to steal the world. Nope. Human beings are social creatures. We are naked monkeys depending on each other to survive. The better integrated to the tribe we are, bigger our chances of survival.

In rough times, when you actually have to hunt for your food (or be hunted by your food), this behavior makes sense. But in our post-industrial, pre-end-of-work society, it's a curse. We can be individuals, we can think by ourselves, we can express our own opinions without fear of reject, because being rejected doesn't mean probable death anymore.

Governments know this. Medias know this. Big corporations also does. Books have been written that tells this truth. In the 1920s. Have a look at "Propaganda" by Edward L. Bernays if you don't believe me.

Yes, this text is almost 100 years late. Damn. But so are you, and most of the people, too.

How to succeed in the Matrix ?

Well, in case you're happy there, let me give you some advice to help you succeed in the matrix. You will see, it's simple and doesn't even require a soul.

Don't thank me.

I must confess something : I once did some of the dirty mistakes mentioned above. Maybe you recognized your current self in some of them too. It's OK. No problemo. I made some stupid mistakes in my life, we all do. Yes, I did some pretty shameful things too. The truth is, that's the way we learn.

What is really shameful though, is to not learn from your past fuck ups. There is no bigger sin than remaining stuck in your own filth because of laziness.

Also, keep in mind that facts don't have to become values. It's not because you're fat that you must act as a fatness zealot. It's not because some animals eat meat that you must absolutely do the same. In many occasions we may feel stupid about ourselves. No worries: deal with it like an educated being, accept your failure, learn from it and change whatever as to change in order to improve.

Reasons not to cooperate

Let's be clear about something, something disturbing: the Matrix is comfortable. It's warm. There's room for legs. There's plenty of nice food, nice people, the air conditioning works perfectly.

If you're obedient enough for long enough, you can have a nice house, a nice car, successful kids and even holidays. What a good deal !

Really, many people seems to do well in there. Comfort, money, a decent level of wealth in general, education, colored yum yums, plenty of toys, smartphones, tablets, flat screens the size of a football field...what kind of idiot wouldn't jump into that train ?

But.

You read this text so far. Maybe because of the title. Maybe because of the cover. Maybe because of the itch.

You tried your hardest to get rid of it : music, movies, hobbies, credits, holidays, work, love, hate, politics, literature... At best, you muffled it for a while. Then, it came back: anger, sadness, depression... And now, this text.

You have the intuition that something is amiss. You feel that you're missing something. Like a dead pixel in a digital photo, like an out-of-tune note in a symphony, like a speckle of dust on the lens (I could go on for hours), something is not where it should be.

Well, you know how your body rebuilds itself using the food you eat, right ? Your guts disassemble everything you put in your mouth and uses it as construction material. You become what you eat.

It's the same for your soul. You become what you do; as the French philosopher Michel Clouscard put it in 'La Bête Sauvage', your culture is your soul. It may seem strange or too much, but I found out this is true.

If you never open a book (fictions, novels, love stories don't count; I'm talking about literature), if you just listen / read / watch whatever is advertised by mainstream media, then your soul is made of this crap. Don't puke and don't call me an asshole. You know I'm not lying. And remember: I once was in this situation, too. If you want to change, then there's no need to be ashamed. Your goodwill is your pride.

Your culture, your soul

Over the years, I found that we spend most of our time recombining existing elements: ideas, pictures, quotes, music, paint... Real creation doesn't happen often. Our minds, our imaginations feed off the things we see, the texts we read, the music we listen to... Our cultural environment sets our standards in life, for everything we do: food, music, taste in general, the way we talk, the clothes we buy,...

"You can take a women out of the ghetto, but you cannot take the ghetto out of a women." So true.

Often, people say : "I don't get why students have to learn arts, music, geography or history. It doesn't help to pay the bills."

It's not about the bills, it's not about your stomach at all. It's about what we call "social mobility". A unique chance to climb the cultural ladder, a ticket to better taste, a glimpse at something else than MTV, gangsta rap, bitches and evil muslims.

The road to a better version of yourself.

The outside world

Not a pleasant place if you want my opinion. Who lives there ? Well, mainly people who are too dumb or too mad (or both) to be accepted in the matrix. This is the sad truth about the outside world. Nevertheless, some of its inhabitants are wonderful and exiting: creative geniuses, authentic artists, passionate scientists, culture lovers, talented musicians, visionary graphic designers, all knowledgeable, clever and open minded fellows.

Good. You're probably like me though, an honest, but somewhat limited human being. Not good at drawing, can't sing, couldn't write a good novel, bad at math, certainly not a genius... Does it mean we belong to the too-dumb-too-mad category ?!

Come on, love yourself a bit ! Living outside the matrix doesn't require anything special. You don't need to make big changes to your life: do the switch step by step. Believe me or not, I started by climbing the stairs instead of using the elevator. It was as simple as that. This effort was quickly followed by another one: instead of listening to music while commuting, I decided to read books written by philosophers, sociologists and politicians. Also, I lost a few kilos.

Reading books doesn't make you more intelligent right on the spot. Books gives you tools to understand the world around you. The good news is you don't have to read a lot, but to read what matters. Pick books that you think will make a difference.

Could you be THX 1139 ?

"Let us be thankful we have commerce. Buy more. Buy more now. Buy. And be happy.", THX 1138, by George Lucas, 1971.

Yes, the George Lucas who created Star Wars. It took me by surprise too.

Let's be clear about something: leaving the matrix is not a big deal, I mean, you don't have to set anything on fire or to speak angry words at anyone. To the others, you will remain unchanged for quite a while. One day they will notice, they will see the way you make your decisions has changed, the things you like are different, but not immediately.

And that's perfectly fine. You don't have to become or to behave like a weirdo just because you chose to read Arthur Schopenhauer instead of Dan Brown. Hipsters are a bad example: they look weird and they are known to despise anything they consider mainstream. Avoid idiots, but don't become an arrogant fool. Instead, share your passion and your new discoveries with anyone who might be interested.

Run Logan !

I'm pretty sure that many of you, readers, don't really believe me. Leaving the comfort of the matrix ? What for ? I don't want to become socially awkward ! I don't want to disconnect from what my friends like ! I don't want to become a stranger in my own family !

First, getting interested in alternative culture doesn't mean you will become some kind of creepy Cthulhu cultist. What will happen to you is just that: you will enhance your taste, improve your culture, get a better understanding at the way the world works, refine your opinions, discover new ways of thinking, overall, you will become more knowledgeable. People like that, because this planet is full of blind fools.

Second, you will discover that some books can move you much more than any movie. Some texts will literally touch your soul, you will feel like if the author wrote it especially for you. It's an exhilarating sensation, because someone else felt exactly the way you feel and put it on paper. Such an experience will change your understanding of the words "soul mate".

Change yourself before you change the world

Oh well, last paragraph. Already. Have I said what I intended to ? Not sure. I hope you will be kind and pardon me if I ever forgot something. It's not easy not to sound like some inspirational chakra-opening guru.

My message is: when asked to choose between A and B, ask about C, D...up to Z. Listen to classical music, jazz music, death metal, doom metal, even this disgusting crap called world music. Read books written by sociologists, philosophers, read good science-fiction (Dan Simmons for example).

Play video games created by small studios, watch movies in their original language with subtitles, quit the Right/Left loop-of-death when it comes to politics.

Don't limit your choices to whatever the mainstream media have on their menu. Try to be a vegetarian for three months, do some sport and farewell.

One last thing: don't try to change the world, change yourself first.






Drones, Bluetooth et Smart Bidules.
tme - 2015-07-17


Je viens tout juste de déposer Marcus à l'école. Je n'ai pas utilisé la voiture, nous avons marché. Sur le chemin du retour, j'ai pensé qu'il serait bien de publier quelques nouvelles au sujet de l'aventure australienne bis. Alors voilà.

Je suis arrivé en Australie, à Melbourne, le mercredi 7 mai 2014 au terme d'un assez long voyage de 23 heures. Mon ami Manu m'avait accompagné jusqu'à la Place Carrée aux Halles ; nous avions partagé son studio trois mois durant.

Je n'ai commencé à travailler qu'en Décembre 2014. Ce que j'ai fait entre temps ? Dans l'ordre : passer du temps avec Ia et les enfants, profiter de la plage, ouvrir un compte sur GitHub et y placer un peu de code frais, essayer de faire un peu de sous avec Zazzle et Pinterest et ouvrir un blog dédié à mon métier. C'était très bien, je suis content d'avoir eu la chance de pouvoir faire tout ça.

En avril 2015, mon CDD est arrivé à sa fin. Deux mois plus tard, j'ai rempilé pour un autre CDD, auquel j'ai mis fin au bout d'un mois. Le travail ne me plaisait absolument pas. Cela fait donc un peu plus de 15 jours que je ne suis plus employé par personne. Glandouille ? Un peu, mais j'ai quand même eu le temps de : mettre en vente un zine entièrement réalisé par moi-même dans une boutique spécialisée de Melbourne ("Stickers"), remettre une nouvelle série d'articles en chantier pour mon blog, passer deux entretiens avec Australia Post, aller à un Meetup DevOps, acheter une smartwatch accompagnée d'écouteurs Bluetooth, aller à la gym tous les jours, acheter deux drones sur eBay et apprendre à les piloter (bien plus difficile que prévu), acheter à pas cher une Neo Geo X trouvée par hasard à Cash Converters et renforcer ma ludothèque PC Engine.

Cela fait beaucoup d'achats, mais certains des objets acquis soit mettent à jour la façon dont je fais certaines choses, soit me permettent de m'essayer à quelque chose de totalement nouveau. Prenons la smartwatch et les écouteurs Bluetooth : cette petite montre me permet de téléphoner, envoyer/recevoir des SMS, écouter la musique stockée sur mon smartphone Android (MP3, Google Music, Youtube) et relaie toutes les notifications (e-mails, appels, Facebook, LinkedIn, météo...) émanant du téléphone. Elle dispose également d'une mémoire interne sur laquelle j'ai entreposé ma playlist pour le fitness, que j'écoute grâce au casque sans fil hyper-léger et intra-auriculaire qui va bien.

La batterie de mon smartphone dure nettement plus longtemps, car il n'est plus sollicité que pour les choses que la montre ne peut pas faire. Quant au casque Bluetooth, je n'en reviens pas qu'un truc aussi petit et fin puisse ne serais-ce qu'exister. Ces deux objets, bien que finalement communs de nos jours, me semblent sortis tout droit d'un roman de science-fiction.

Les drones eux-aussi sont fascinants : le plus petit est si rikiki qu'il pourrait se poser sur ma montre ! Le plus gros embarque une caméra vidéo qui enregistre tout ce qu'elle voit sur une carte Micro SD. Piloter ces engins n'est pas facile du tout...ah, excusez-moi, ma montre me bip...je viens de recevoir un message de la part d'un recruteur à partir de LinkedIn...je lirai ça plus tard. Oui, je disais que piloter un drone est plus dur que je le pensais, mais c'est très amusant. Il va me falloir pratiquer encore quelques jours avant d'être à l'aise.

Nous sommes en 2015 déjà... La technologie a beaucoup progressé ces 20 dernières années. En Décembre, cela fera 20 ans que j'ai acheté mon premier ordinateur, un AMIGA 1200. Il y a 20 ans, ma montre, mes drones, mon smartphone, mon iPad Mini et même le réseau WiFi de la maison étaient à proprement parler, de la science-fiction. Dans 20 ans, en 2035, ce sera la robotique domestique qui aura radicalement changé la face du monde. Les hôpitaux, les maisons de retraite, les prisons, les cars de CRS, les usines, les bureaux, les parkings, partout, des robots serviables, fiables, adaptables et bon marché pour s'occuper de nous.

La Société Civile à son stade final.






L'étrange histoire d'Alain Debois (4)
tme - 2015-06-08


Le blindé ne dispose d'aucune vitre au travers de laquelle Alain pourrait regarder le paysage défiler, mais il ne s'ennuie pas pour autant. En vérité, il a un peu peur : la sensation que le véhicule roule trop vite rend la paume de ses mains un peu moite et il se demande s'il va atteindre Jérusalem en un seul morceau. Et puis il aurait bien voulu voir la ville approcher. Mais il doit se contenter de sa boîte de conserve.

Au bout d'une bonne heure de route, le rythme de conduite change : des virages, des arrêts fréquents, des klaxons, ils sont en ville. Ils finissent par s'arrêter, le soldat qui est à sa gauche descend et échange quelques mots en Hébreu avec deux personnes en uniforme. La discussion dure un moment, des papiers sont signés, des tampons apposés. Finalement, un homme en costume bleu marine et chemise blanche se présente face à la porte ouverte du blindé :

_ "Alain Debois ?"

_ "Oui, c'est moi-même."

Une poignée de mains s'échange :

_ "Avi Ben Gurion, ravi de faire votre connaissance."

_ "Bonjour. Savir m'a parlé de vous, il m'a dit que vous seriez mon accompagnateur."

_ "Exactement, c'est moi qui suis en charge de vous accueillir et de faire en sorte que votre séjour à Jérusalem se passe bien. Nous allons continuer à pieds, le blindé ne peut pas monter."

Une fois dehors, Alain constate qu'il est déçu par la vue qui s'offre à lui : pas de verdure, des bâtiments très quelconques, un lieu qui tient plus de l'aire d'autoroute que de la ville du Christ. Avi semble se rendre compte de sa déception :

_ "La Jérusalem historique est jolie, mais le reste est moins avenant. Enfin, là où vous allez vivre, c'est très bien."

Les deux hommes gravissent une légère pente, puis arrivent sur le parking d'un bâtiment d'aspect moderne, avec plans d'eau et baies vitrées. Il n'y a pas d'étage, seulement un rez-de-chaussée.

_ "Nous partageons nos locaux avec le Musée d'Israël."

_ "OK. J'imaginais les choses différemment. Quand on m'a parlé d'un appartement à Jérusalem, j'ai pensé à de petites rues pavées, des vieilles pierres, des portes en bois. Enfin, ces choses qu'on voit dans les documentaires."

Avi lui sourit et déclare :

_ "Ne vous en faites pas Alain, je vous promet que vous allez adorer. Suivez-moi, je vous guide à l'intérieur."

Il est 17h30, leurs pas résonnent dans le musée vide. En dehors des hôtesses d'accueil, ils ne croisent personne. Ils montent dans un ascenseur, Avi presse le bouton pour aller au deuxième sous-sol, la réserve. Une fois arrivés, ils traversent une grande pièce remplie d'étagères, puis tournent à droite, passent deux portes à serrure magnétique, puis montent dans un deuxième ascenseur dont la cabine transparente laisse apercevoir de la pierre brun-jaune.

Ils descendent quatre étages, puis se retrouvent dans un vaste hall de béton brut.

_ "Nous entrons par la sortie, l'entrée est en plein travaux. Nous rénovons et nous agrandissons. Le bâtiment date de 1965, ça commence à vieillir. Comme nous recrutons beaucoup, il faut tout revoir."

_ "Il y a beaucoup de personnes ici ?"

_ "250, toutes en résidence permanente."

_ "Toutes ont un appartement de 200 mètres carrés ?"

_ "Oui. Parfois plus. Il y a quelques duplex."






L'étrange histoire d'Alain Debois (3)
tme - 2015-06-03


_ "Il n'y a pas de ceintures dans ces trucs-là. J'ai plus l'habitude de rouler en voiture."

Sortis de leur torpeur par la remarque d'Alain, les deux soldats tournent leur regard vers lui, sans dire un mot.

_ "Enfin, j'imagine que vous êtes habitués, vous devez faire ça souvent. Pour moi, c'est nouveau."

_ "Ici tout est différent de la France. Vous venez de France, non ?"

_ "Oui. De Paris. Enfin, de Massy. C'est dans le Sud."

_ "Je sais, je viens de la région parisienne. Mes parents ont un appartement à Saint-Germain-en-Laye."

_ "Vraiment ?"

_ "Ouais. J'ai décidé de venir en Israël servir dans l'armée directement après mes 18 ans. J'avais envie de bouger."

_ "C'est bien, vous avez des projets. Moi à 18 ans je traînais à Vincennes. Je m'ennuyais beaucoup."

_ "Faut bouger tant qu'on est jeune. Après, c'est foutu, on a une famille, un travail. Finie la vie."

Alain ne put réprimer un petit sourire. Puis d'un coup, il se sentit un peu nostalgique. 18 ans. 49 ans s'étaient écoulés. S'il pouvait retourner en arrière, il jouirait plus de la vie, passerait un maximum de temps au soleil, se baignerait dans la mer. Les filles ? Oui, avec légèreté et insouciance.






L'étrange histoire d'Alain Debois (2)
tme - 2015-06-02


_ "Je m'appelle Savir, c'est moi qui prends le relais jusqu'à Tel-Aviv."

_ "Tel-Aviv ? Je croyais partir pour Jérusalem ?"

_ "Il n'y a plus d'aéroport à Jérusalem. On fait un très court passage par Tel-Aviv et on roule jusqu'à Jérusalem. Vous serez dans votre appartement avant 18 heures."

_ "Le vol dure combien de temps ?"

_ "Quatres heures et demie. Plus une heure trente sur la route."

Le jeune homme tape dans ses mains, se lève puis déclare :

_ "Coca ? Bière ? Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?"

_ "Vous avez de l'eau pétillante ?"

_ "Je crois que oui, je vais voir."

Alain est un peu nerveux, cela fait plus de trente ans qu'il n'a pas pris l'avion. Et toute cette histoire est si subite...

_ "Oh, j'avais oublié : on doit attendre d'avoir décollé pour boire. Bon, dans 10 minutes ce sera OK."

_ "Oui, ce n'est pas grave. J'ai plus faim que soif en fait."

Savir lui sourit, puis s'assoit sur un siège adjacent au sien.

_ "Bouclez votre ceinture Alain. On part !"

 

_ "Vous avez l'air soucieux...ça va ?"

_ "Oui. Enfin, je viens de me rendre compte que je n'ai pas mon passeport...je suis parti sans rien."

_ "Aucun problème, détendez-vous, tout est prévu."

_ "Ah, vraiment ?"

_ "Vous recevrez vos papiers aussitôt arrivé à Neve Granot. Pour le reste, vous n'aurez qu'à demander à la conciergerie, le service est assuré 24/7."

_ "Oh, vraiment ?! C'est pratique. Il me faudra des habits, et j'ai aussi besoin de médicaments pour la tension."

_ "OK, la conciergerie a tout ça. Vous pourrez demander à Avi qu'il vous accompagne."

_ "Avi ?"

_ "Votre accompagnateur à Jérusalem."

_ "Oh."

Tel-Aviv, Jérusalem, la maison sans surveillance avec les volets ouverts et le courier qui va s'entasser. Est-ce qu'il n'a pas fait une grosse bêtise en montant dans cet avion ? Il faudrait qu'il appelle un de ses fils pour informer de son départ. Ah, et la déclaration d'impôts qui traîne sur la chaise dans le salon. Il faut gérer ça.

_ "Alain ?"

_ "Oui ?"

_ "Gilles m'a envoyé un SMS. Il s'occupe de tout."

_ "Ah. Justement, je pensais à ces petites choses. Dites-lui que c'est gentil."

Gilles. Le complice. Vraiment ? Ils avaient été collègues des années durant, assez proches. Complices parfois, justement. Quand sa femme avait demandé le divorce, il avait traversé une période très difficile.

Il n'arrivait pas à lui en vouloir. Certes, une explication serait nécessaire, mais il sentait que cet incident n'affecterait pas leur amitié. Après tout, il ne souffrait pas.

 

_ "Alain. Alain ! Réveillez-vous."

Le sas de l'avion est ouvert, les réacteurs tournent au ralenti.

_ "Nous sommes à Tel-Aviv. On va prendre la voiture, elle nous attend juste à côté."

_ "OK. Je me suis endormi, je devais être fatigué."

En fait de voiture, c'est un véhicule blindé aux couleurs des Nations Unies qui est garé porte ouverte à deux pas de la rampe d'escalier. On pouvait difficilement faire plus court.

_ "Je vous suis, je monte dans la berline derrière." dit Savir en pointant du doigt une Rolls-Royce Phantom Sedan à la carrosserie noir mat.

_ "Jolie voiture !"

_ "Oui. Mais vous serez plus à l'abri dans le blindé, on a parfois des soucis de sécurité à Jérusalem..."

Alain prends place entre deux soldats, la porte se ferme, puis le véhicule se met en mouvement.






L'étrange histoire d'Alain Debois
tme - 2015-05-31


Un matin, Alain Debois, retraité de la police scientifique, trouve un colis contenant une VHS sur le pas de sa porte. Pas d'adresse, aucun nom, anonymat complet. N'ayant plus de magnétoscope, il hésite à jeter la cassette, mais la curiosité l'emporte sur l'indifférence : il contacte son vieil ami Gilles, encore équipé d'un de ces antiques appareils.

Trente minutes plus tard, ils sont assis tous les deux devant une télé à l'ancienne, avec le gros tube qui dépasse. Gilles démarre la bande et un fond bleu apparaît sur l'écran. Quelques barres de bruit défilent, puis une fillette dénudée jusqu'à la taille entre dans le cadre, suivie d'une personne adulte intégralement recouverte d'une toge noire à large capuche.

Rien ne se passe pendant un moment, les deux amis se regardent, mal à l'aise. Puis le personnage encapuchonné lève le bras, révélant une arme à feu. Il garde la pose quelques secondes, après quoi le fond bleu revient, suivi du gris-noir typique des fins d'enregistrement.

Les deux hommes sont secoués ; Alain récupère sa cassette, puis fonce à la gendarmerie la plus proche.

Une fois arrivé, il expose la situation au fonctionnaire chargé de l'accueil. Celui-ci l'accompagne dans un bureau et lui demande la VHS. Cassette en main, il quitte la pièce deux minutes, puis revient accompagné de collègues.

_ "Vous savez qui est la fillette sur cette vidéo ?"

Alain hésite un instant, puis répond : "Comment vous savez ce qu'il y a dessus ? Vous avez déjà vu cette cassette ?"

_ "On va vous garder avec nous, quelqu'un veut vous voir".

_ "Dites-moi ce qui se passe, je n'avais pas prévu de rester. Et puis je n'ai rien à me reprocher."

_ "On le sait. Vous n'êtes pas coupable, mais nous avons reçu des instructions au sujet de cette cassette. Il ne vous arrivera rien de spécial, il y a juste une personne qui veut vous rencontrer."

_ "Je ne comprends pas... Et si je veux partir, je peux ?"

_ "C'est un cas un peu particulier, les ordres viennent de très haut, on n'est pas sensés vous laisser quitter la gendarmerie."

Alain est déconcerté et inquiet, mais vu que personne ne l'attend chez lui et que cette affaire l'intrigue de plus en plus, il décide de rester.

Quarante minutes plus tard, un homme très corpulent entre dans le petit bureau, enlève son chapeau, puis fait un signe de la main à destination des trois gendarmes, qui quittent aussitôt la pièce.

_ "Vous devez vous demander ce qui vous arrive. Désolé pour cette mise en scène, mais vous verrez, nous avons d'excellentes raisons pour prendre autant de précautions."

_ "Expliquez-moi ce qui se passe, qui est l'enfant sur la vidéo..."

_ "Oui, ok, cette enfant n'existe pas, c'est une image de synthèse. Cet enregistrement était juste un moyen d'entrer en contact avec vous de manière discrète."

_ "J'aurais pu montrer la cassette à n'importe qui..."

_ "Non, la bande est vierge."

_ "Mais mon ami Gilles l'a lue avec son magnétoscope ! Il a tout vu..."

_ "Ah, Gilles... Il est complice."

_ "C'est une plaisanterie ?! Un canular ?"

_ "Écoutez, vous étiez dans la police scientifique, vrai ?"

_ "Oui, j'étais spécialisé dans l'analyse de tableaux."

_ "Voilà, c'est ça qui nous intéresse. Je vais vous dire pourquoi on a besoin de quelqu'un comme vous : il y a cinq mois de cela, un tableau à été saisi lors du démantèlement d'un réseau de trafic d'oeuvres d'art. Le tableau en question a été peint en 1710 par Aert de Gelder et représente le baptême de Jesus dans le Jourdain. Il a longtemps été la propriété du Vatican avant d'être volé en 1962."

_ "Je n'ai jamais entendu parler de ce vol."

_ "C'est normal, vous allez comprendre. La toile a été analysée afin de certifier de son authenticité. Ce que notre laboratoire a trouvé a provoqué une crise profonde au sein de notre organisation. Je suis là, car je veux que vous meniez l'enquête et..."

_ "Je suis désolé, mais je suis à la retraite et j'ai 67 ans. Je ne suis plus en âge de me lancer dans une affaire."

_ "Justement, votre âge est un atout. Le fait que vous soyez Juif en est un autre."

_ "Pardonnez-moi, je ne saisis pas... Je ne suis pas pratiquant et ma femme était musulmane."

_ "Voulez-vous bien m'accorder encore 20 minutes, Monsieur Debois ?"

_ "Je ne sais pas. Pourquoi faire ?"

_ "Pour discuter dans mon van."

_ "Vous voulez que je vous accompagne dans votre van ? Pour discuter ?"

_ "C'est ça."

Les deux hommes quittent la gendarmerie, marchent deux minutes, puis s'arrêtent devant un vieux Chrysler Voyager à la peinture craquelée.

_ "Montez, je vous en prie."

Une fois installés à l'intérieur du véhicule, le gros bonhomme active un boîtier, puis recommence à parler :

_ "Vous vous souvenez du vol MH370, l'avion qui a disparu en mars 2014 ?"

_ "Euh...oui...il y a cinq ans je crois."

_ "On l'a retrouvé."

_ "Vraiment ?! Je le croyais perdu..."

_ "On l'a retrouvé aux rayons X. Sur le tableau volé."

_ "..."

_ "L'avion apparaît sur le tableau, sur une version antérieure du tableau, recouverte plus tard."

_ "Pardon ?"

_ "Le vol MH370 est représenté sur la version initiale du tableau et a été recouvert plus tard par le peintre. On voit l'avion, les ailes, le fuselage, le nom de la compagnie aérienne."

_ "Un tableau peint en 1710 ? Je...vous plaisantez ?"

_ "Pas du tout. Pas l'ombre d'un instant."

_ "Je crois que je vais partir, Monsieur...euh...vous ne m'avez pas donné votre nom. Je crois que je devrais rentrer chez moi."

_ "C'est l'enquête de votre vie Alain. La dernière et la plus importante."

_ "Ce que vous me racontez n'a ni queue ni tête, c'est...délirant."

_ "Oui, c'est complètement délirant. J'ai besoin de vous, vous répondez parfaitement aux critères fixés par mes supérieurs, votre vie ne sera pas en danger et ce sera excitant. Vous verrez !"

_ "Je crois que je ne me sens pas bien...je vous appelle demain pour vous donner ma réponse..."

_ "Alain. S'il-vous-plaît. Un avion vous attend, un appartement de 200 mètres carrés est prêt pour vous en plein coeur de Jérusalem. Venez avec moi, vous pourrez changer d'avis plus tard."

_ "Jérusalem ? Je n'ai jamais voulu aller en Israël. Je n'adhère pas à..."

_ "Cela n'a rien à voir. Vous verrez qu'on y est très bien, c'est moderne, dynamique, le climat est excellent et ne croyez pas ce qu'on raconte dans les médias. Alain, je vous en prie. Tout est prêt, rendez-moi service."

_ "Ma femme est enterrée ici, je ne veux pas partir. Je ne sais pas..."

_ "Alain, j'ai quinze minutes pour vous emmener à l'aéroport, un jet privé vous attend, nous avons tout prévu, vous aurez du linge, à manger, un logement, un taxi juste pour vous..."

_ "Euh...pourquoi tout ça ?"

_ "Un avion disparu en 2014 apparaît sur une toile de 1710."

Alain ferme les yeux un instant, plisse les lèvres, puis accepte :

_ "OK. D'accord. Allons-y."

La voiture démarre et fonce en direction d'Orly.






Non, vous n'êtes pas Charlie
tme - 2015-01-10


L'année 2015 commence bizarrement, sur les chapeaux de roues dont on ne sait pas au juste qui les fait tourner.

En dehors des morts qui se comptent maintenant par dizaines, ce qui me déplaît le plus dans tout ça est de voir à quelle vitesse des rassemblements ont été organisés, à quelle vitesse certains ont changé leur image de profil FB pour le fameux "Je suis Charlie".

Pourquoi ? Est-ce seulement parce que j'aime casser les pieds aux gens ? Certes, il y a de ça, j'aime prendre à contrepied, dire C quand on me propose A ou B, c'est tout moi.

Mais il n'y a pas que ça. Ce n'est pas qu'une affaire de plaisir personnel, malheureusement. Il y a quelque chose de vraiment craignos dans les événements qui se sont déroulés sous les yeux des caméras de nos médias.

Premier point : les rassemblements ont poussé comme des champignons après la pluie. On aurait dit que c'était tout prêt, comme de la purée en sachet qu'il n'y a plus qu'à arroser d'eau chaude. Pas si effrayant que ça me direz-vous et moi je vous dirai que ma phrase n'était pas finie :-)

Oui, la question que chacun devait se poser était la suivante : Qui veut me faire défiler ? Surtout, qui paie ?

Second point : la bannière "Je suis Charlie" évoquée plus haut. Non, vous n'êtes pas Charlie et Charlie n'était pas vous. Ces dernières années, ce journal aux ventes déclinantes n'a cessé, tel un vulgaire parti d'extrême-droite, d'attiser la haine du musulman. Si si, c'était ça.

Liberté d'expression ? Oh, parlons-en de ça !

Troisième point improvisé : ce qui me fait le plus mal dans cette histoire est de voir cette armée de salariés du tertiaire, si serviles et soumis cinq jours par semaine, se permettre de laisser enfin exploser des années de colère et de frustration gardées à l'intérieur par peur de déplaire à leurs N+l'infini sur le dos de l'Islam.

"Liberté d'expression", en voilà une belle expression, justement. Courageux combattants d'un jour, faites-en usage de cette liberté quand vous voudrez demander une augmentation, un RTT le lundi ou quand sera venu le moment de faire payer vos heures supplémentaires.

Salariés soumis à tous les maîtres, écrasés sous les crédits d'une consommation à laquelle vous êtes devenus accros, dépourvus de culture quelle qu'elle soit (politique, classique, technique...), ayez au moins la décence de ne pas vous attaquer à des gens qui ne sont pas responsables de vos vies en teintes de gris.

Ce n'est pas l'Islam qui fait des prêts à 13% d'intérêt, ce n'est pas lui qui donne à vos filles des semi-trainées en exemple et ce n'est pas non plus lui qui vous endette sur 25 ans pour un F2 en zone 6.

Pour finir, pensez à ceci : comment différencie-t-on un arabe, d'un musulman, d'un terroriste ?






Cuisine du Bonheur : le kit mini hamburger avec frites et boisson
tme - 2014-10-11





J'espère que les vrais ne sont pas faits comme ça ^^;

J'aimerais bien essayer de faire un kit. En même temps, c'est vraiment le Satan de la bouffe...






Netflix en France : Qu'est-ce que c'est ?
tme - 2014-09-12



Débarquement prévu le 15 septembre 2014

Bon, il est quatre heures de l'après-midi et j'ai un Donjons & Dragons prévu à 17h avec mes potes Alban et Michel, alors on va y aller direct, un peu comme ton oncle Albert avec la petite Juliette quand il a forcé sur la poire.

Netflix va devenir ton meilleur ami, et voilà pourquoi (j'espère que ton HiPhone a un forfait illimité) :


L'image rend mal sur ton petit écran de smartphone ? On t'avait dit de prendre une tablette !

En dehors du fait qu'il faille être une ordure pour balancer une image aussi grosse sur une page web, il faut bien reconnaître que ça en jette. Netflix, c'est comme un deuxième débarquement en Normandie, les troupes US qui rappliquent avec leurs grosses Jeep, bien décidés à bouffer de la part de marché à Canal et OCS.


25Kg de CO2 par kilomètre.

Regardez-moi ce catalogue ! Il y a du choix, il y en a pour tous les goûts : Horreur, Thriller, Comédie, Policier, films Coréens chiants, séries TV, Fantasy, Action, Documentaires, Anime japonais, films indépendants, sport, gay & lesbien... Tout est là et le moteur de recherche fait des merveilles. Une fois que Netflix a compris ce qu'on aime, il prépare des listes de trucs à regarder et il le fait très très bien. Ce truc est intelligent. L'interface est soignée, chaque production est clairement décrite, notée, présentée :


Pas besoin d'aller sur IMDB ou de regarder 30 minutes de film avant de savoir s'il est pourri ou non.

Chaque utilisateur a son propre profil, qu'il retrouve partout : sur la page web, sur Apple TV, sur tablettes...


Chacun son Netflix.

Voilà, avec tout ça on se dit que c'est quand même dommage que le 15 tombe un lundi.






Billets plus récents | Billets plus anciens